La Traction fantôme

Chloe la Traction fantôme

28 juin 2006

12ème partie : Dans la peau d’une autre…

Malgré le vent frais qui fouettait son visage à 140 Km/h, Oreste-Paul Janfoutre était trempé de sueur. Il avait échappé à la mort une fois en évitant de justesse la traction qui avait foncé sur lui. Les doigts douloureusement crispés sur le volant de sa 403, il s’apprêtait à mettre à nouveau sa vie en jeu. Il se mit à hurler comme un diable pour se donner du courage, son hurlement se mêla aux rugissements mêlés des deux moteurs poussés au maximun : "MAINTENANT".

-

traction11F_444

-

Il pesa de tout son poids sur le volant pour tenter de rabattre la 403 contre la traction et lui faire quitter la route… Mais le volant devint si dur qu’il ne pu le faire tourner d’un degré. Oreste-Paul insista, mais il n’y avait rien à faire, la direction restait dure comme du fer, la 403 refusait d’obéir. Furieux, il donna un grand coup de poing sur une branche du volant pour le faire tourner et une vive douleur remonta dans tout son bras.

A ce moment précis la 403 se mit à tressauter puis à ralentir...

-

traction11F_448

-

OPJ, furieux, donnait des coups de pieds dans l’accélérateur pour la faire repartir mais sa voiture continuait à perdre de la vitesse et la traction repassa devant. "Ce n’est pas possible, il me reste pourtant de l’essence !". Il vit les voyants du tableau de bord s’éteindre un à un...

-

traction11F_452

-

La 403 continua sur sa lancée quelques instants et s’immobilisa sur le bord de la route.

-

traction11F_460
traction11F_462

-

Il ne parvient pas à la faire redémarrer ni à débloquer le volant, il ne se passait désespérément plus rien lorsqu’il tournait la clé de contact, la Peugeot semblait vide de toute énergie…

A travers le pare-brise, Oreste-Paul regardait, impuissant, la traction lui échapper et disparaître dans la brume comme un fantôme…

-

traction11F_466

-

traction11F_470
traction11F_474

-

Il descendit de sa voiture et s’assit dans l’herbe sur le bord de la route. Il avait trop mal à la jambe pour rester debout. Il se recroquevilla et se mit à caresser son poignet brisé comme un enfant fragile qui vient de se prendre une raclée dans la cour de récréation... La traction lui avait échappé et il n’avait rien pu faire… Il resta un moment, les yeux dans le vide, face à sa voiture inerte garée au bord de la route…

-

traction11F_478

-

Les images terrifiantes de son duel contre la traction fantôme défilaient comme un flot de sang sous son crâne meurtri…

-

traction11F_488

-

traction11F_490

-

traction11F_494

-

traction11F_500

-

traction11F_504

-

traction11F_508

-

Petit à petit, Oreste-Paul retrouva ses esprits. Il réalisa que si la 403 avait répondu à son coup de volant, à 140Km/h, il serait peut-être mort. Il se dit également qu’il avait eu la preuve de ce qu’il cherchait, au moins pour lui. Il ne pourrait pas jeter la vérité à la face du monde comme il l’avait espéré avec rage… Mais au moins, pour lui, il savait.

Peu à peu, le sentiment d’échec qui l’avait envahi fiévreusement se dissipa et il ressentit un grand soulagement se répandre en lui. Certainement le fait d’avoir échappé à la mort, mais pas seulement. Il se sentit, pour la première fois depuis trente ans, en paix avec le monde. Comme s’il n’avait plus rien à se prouver. Il été arrivé au bout de sa longue quête… Il pouvait oublier maintenant… C’est tout ce qu’il devait faire pour retrouver la sérénité... Oublier...

Sa colère se dissipa avec la brume et un grésillement le tira des ses pensées. C’était l’autoradio de la 403 qui venait de se remettre en marche et jouait sa cassette d’Eddy Mitchell…

"Clac… Zzzz… Crrr … Elle s’en fout,
Avec son âme, elle fait c'qu'elle veut.
Et aucun homme ne peut la blesser,
Son coeur est déjà cassé.

Toutes les nuits, elle dit "Prends moi pour une autre."
Toutes les nuits, elle dit "Prends moi pour une autre."
Oh,oh
Elle dit : "Prends moi pour une autre.
Fait semblant de m'aimer,
Puis tu pourra m'oublier..."

OPJ releva la tête en direction de sa voiture... Un frisson glacial lui parcouru tout le corps…

-

traction11F_482

-

...Et l’autoradio continuait à égrener doucement ses notes dans le soir tombant…

"Toutes les nuits, elle vit dans la peau d'une autre
Toutes les nuits, elle vit dans la peau d'une autre
Oh,oh
Elle vit dans la peau d'une autre,
Fait semblant de rêver,
De peur de se réveiller"

FIN

Posté par jotracbar à 15:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    pas rasurant

    bravo,on s'y croirait

    Posté par eric, 29 mars 2008 à 08:43

Poster un commentaire