La Traction fantôme

Chloe la Traction fantôme

20 mai 2006

Bienvenue dans l'univers de la traction fantôme

Bienvenue sur ce blog dédié à l’histoire de Chloé la Traction fantôme...

J'ai publié cette petite histoire illustrée en plusieurs épisodes sur deux topics consacrés aux miniatures sur Forum-Auto, vous pouvez la retrouver ici dans son intégralité, avec quelques scènes supplémentaires !

-

La miniature qui a servi de base pour cette modification est une Citrotën traction 11 familiale au 1/43, produite par Norev et distribuée, via le réseau presse, par les éditions Atlas (n°1 de la collection La saga des traction). Une manière de présenter cette miniature que j’ai moi-même transformée en épave, accompagnée d’une partie de ma collection.

-

N'hésitez pas à  laisser un petit commentaire pour Chloé.

Posté par jotracbar à 21:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 mai 2006

1ère partie : La traction fantôme

Par une chaude nuit de printemps, alors que la campagne dors paisiblement, un cliquetis sourd et rouillé rompt le silence. Celle que tous croient endormie pour l'éternité démarre péniblement...

Traction11FF_010

Traction11FF_012

Traction11FF_014

Qui a dit que les épaves n'ont pas d'âme ?

… A suivre

Posté par jotracbar à 21:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2006

2ème partie : Les ravages du temps

Chloé, c’est ainsi que l’avait surnommée Mathilde, la cadette du Docteur Bernard, commençait à souffrir sérieusement des outrages du temps. La veille dame, abandonnée des hommes au bord d’un pré, aimait, certaines nuits, parcourir le chemin que son ancien propriétaire empruntait pour conduire sa fille Mathilde à l’école.

-

Traction11FF_016

-

Même si cette traction commençait à faire sérieusement démodée dans le paysage automobile des années 50, la petite n’était pas peu fière de la belle 11 noire de son père quelle surnommait aussi son "carosse" !

-

Traction11FF_018
Traction11FF_020

-

Le Docteur aimait prendre des raccourcis pour sillonner la campagne et Chloé, très à l’aise sur ces chemins de terre, adorait ça ! C’est au cours de l’une de ses escapades nocturnes, dans un petit chemin vicinal, qu’elle se dit une fois de plus que si la rouille continuait à la ronger de la sorte, elle ne serait bientôt plus capable d’effectuer un tour de roue. Elle avait plusieurs fois longuement réfléchi à ce problème, mais que faire ? Sans compter qu’elle risquait sans cesse d’être envoyée à la ferraille. Elle tremblait à chaque fois qu’elle sentait qu’un véhicule porte-auto passait près d’elle. Déjà qu'un malotru lui avait volé un phare quelques années plus tôt...

-

Traction11FF_022
Traction11FF_024

-

Chloé devait imaginer le moyen d’attirer l’attention sur elle et trouver quelqu’un qui l’adopte et la répare. Mais qui s’intéresserait à un tas de rouille pareil ?

Ce soir là, en arpentant la campagne plus loin qu’à son habitude, Chloé senti la présence de deux tractions à proximité. Elle s’approcha discrètement, phare éteint, d’un petit hangar en briques.

-

Traction11FF_026
Traction11FF_028

Traction11FF_032

-

Devant le hagard étaient garées une DS et une 2CV, à l’intérieur : quatre anciennes Citroën, toutes dans un superbe état. Le hangar semblait calme, Chloé risqua un petit coup de phare pour mieux distinguer l’intérieur…

-

Traction11FF_036
Traction11FF_038
Traction11FF_040
-

"C’est ma chance !" se dit-elle, les gens qui possèdent ces voitures sauront s’occuper de moi ! Elle se gara devant le hangar à côté d’une belle DS en se disant qu'elle serait rapidement découverte au lever du jour.

-

Traction11FF_042
Traction11FF_044
-

Chloé était très inquiète cependant. "Et si ils me jugeaient irrécupérable et qu’ils m’envoient à la ferraille ? Où pire, qu’ils me désossent pour récupérer mes organes se disait-elle angoissée ?"

Elle jouait quitte ou double sur ce coup là !

… A suivre

Posté par jotracbar à 22:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 mai 2006

3ème partie : L’association Phoenix

Le jour venait de se lever. Chloé ne se sentait vraiment pas très à l‘aise. Depuis des années elle fuyait, par peur, la présence des hommes. Elle se retrouvait maintenant brutalement à leur merci. Pour couronner le tout, la rutilante DS garée à côté d’elle lui renvoyait son image miséreuse et ne faisait qu’augmenter son impression de n’être bonne que pour la casse.

Elle ne pouvait plus revenir en arrière, pas question de circuler en plein jour… Pour elle, le sort était jeté !

-

Traction11FF_046

-

Vers les 9h du matin, Alfred Carbu, le trésorier de l’association "Phoenix", spécialisé dans la restauration d’anciennes Citroën, arriva à l’atelier de l’association au volant de sa belle 15 découvrable. Il venait, de terminer la restauration de l’un des premiers modèles de 7A et passait, en ce dimanche matin, améliorer quelques réglages moteur. Il n’était pas fâché d’en finir enfin avec cette restauration qui l’avait fort occupé tout l’hiver et bien asséché ses finances. Il faut dire que la 7 état dans un triste état lorsque son propriétaire, un fermier à la retraite qui s’en servait pour enfermer quelques poules la nuit, consenti, après de longs mois d’insistance, à lui vendre pour 500 euros. Il lui en avait coûté bien plus pour la remettre en état !

-

Traction11FF_048
Traction11FF_050

Traction11FF_052

-

En voyant la vieille 11 familiale garée à côté de la DS du président de l’association, il se dit simplement qu’un membre avait du en faire l’acquisition sans qu’il soit au courant.

Après quelques heures de travail sur le moteur de sa 7A, notre ami Alfred la démarra, et, satisfait du ronronnement, décida de faire quelques tours de roue avec.

-

Traction11FF_054

-

En fin d’après midi, Madame Eléonore Toilée passa récupérer sa 2CV. Elle se demanda également à qui pouvait bien appartenir cette grande Citroën rouillée. Elle pris soin de vérifier que le mystérieux propriétaire n'avait pas abimé la peinture de sa 2 CV avec son tas de rouille. Mais Chloé avait fait très attention...

-

Traction11FF_056
Traction11FF_058

-

Vers 18h, Alfred Carbu, qui avait laissé la 7 à son domicile, content de son fonctionnement, se fit déposer par son fils au hangar ,afin de récupérer sa 15. La 11 familiale n’avait pas bougé. De son portable, il téléphona alors aux principaux membres du club, mais personne ne semblait avoir connaissance de cette voiture. "Son propriétaire aurait au moins pu laisser un mot" pesta-t-il.

Compte tenu de son état de corrosion avancé, et puisqu’une place était maintenant disponible dans le hangar, il décida d’essayer de la pousser à l’abri.

-

Traction11FF_060
Traction11FF_062

-

Il fut très surpris de parvenir très facilement à bouger tout seul cette lourde voiture. Les roues n’étaient pas grippées et tournaient à merveille. C’était presque comme si une force mystérieuse semblait l’aider à déplacer cette masse métallique. "Je suis plus costaud que je ne le pensais" se dit-il fièrement en quittant les lieux !

-

Traction11FF_064
-

Chloé, elle, n’était pas fixée sur son sort, mais au moins serait-elle à l’abri pour cette nuit…

-

Traction11FF_066

-

… A suivre

Posté par jotracbar à 22:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 mai 2006

4ème partie : L’histoire de Chloé

Une semaine s’écoula et Alfred Carbu, le trésorier de l’association Phoenix réalisa, naturellement, qu’aucun des membres de l’association n’avait fait l’acquisition de cette vieille 11 familiale. Elle semblait être bel et bien arrivée par enchantement.

Alfred entrepris quelques recherches afin de découvrir le propriétaire de la voiture. Grâce au numéro de châssis, il appris qu’elle avait été achetée en 1953 par un médecin de la région, le Docteur Bernard, décédé en 1969. Le médecin avait cinq enfants qu’Alfred contacta tour à tour. Se passionnant pour l’histoire de ses propres voitures de collection, il était rompu à ce genre de recherches qu’il savait mener avec beaucoup d’efficacité. Alfred appris ainsi qu’à la mort du Docteur, c’est sa cadette, Mathilde Rodriguez, née Bernard, qui hérita de la voiture. Elle était aujourd’hui mariée à un Chilien et vivait à Santiago.

Alfred la contacta par e-mail. Avant de quitter la France en 1971, Mathilde avait confié la traction, qu’elle aimait mais détestait conduire, à Fernand, l’ancien gardien de la propriété familiale. Elle n’avait ensuite plus pris de nouvelles de sa vieille voiture, pensant qu’elle avait été vendue à la mort de Fernand. Ce qu’elle ignorait, c’est que peu de temps après lui avoir confié la voiture, Fernand avait eu de gros problèmes articulaires et avait cessé de conduire. La traction était donc restée au dernier endroit où il l’avait garé avant de cesser de l’utiliser. A la mort de Fernand en 1977, ne figurant pas sur son testament puisqu'elle ne lui appartenait pas, la traction avait été complètement oubliée.

Voici comment Chloé avait été abandonnée dans la campagne, au milieu des années 70. Cela n’expliquait cependant pas comment elle était arrivée devant le hangar de l’association. Alfred, se dit simplement qu’un fermier des environs avait du la remorquer avec son tracteur en pleine nuit, afin de dégager l’accès à son pré, en se disant que ces hurluberlus amoureux de vieilles Citrons en feraient peut-être quelque chose. Et c’était plus simple que l’amener à la casse !

Mathilde proposa à Alfred de faire don de la traction à un membre de l’association si l’un d’entre eux était intéressé, sinon, elle était d’accord pour payer les frais de transport jusqu’à la casse la plus proche. Alfred promis d’y réfléchir et de faire part de l’opportunité autour de lui.

Il sortit Chloé de l’atelier pour l’inspecter plus en détails et juger de l’intérêt d’une éventuelle restauration.

-

Traction11FF_068
-

Traction11FF_070
Traction11FF_072
Traction11FF_074

-

Le moteur n’était pas bloqué et il estima que la caisse était sauvable. Mais la remise en état allait toutefois coûter assez cher. Il venait de terminer la restauration de sa 7A, il ne pouvait pas financer pour le moment une autre restauration. La paix de son ménage en dépendait !

Il remisa à nouveau Chloé dans le hangar en attendant qu’une décision soit prise au sein de l'association...

-

Traction11FF_076
Traction11FF_078

-

… A suivre

Posté par jotracbar à 22:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mai 2006

5ème partie : Les 14 photos du Docteur Bernard

Après avoir exploré tous les recoins de la vieille Citroën, Alfred alla chercher un tournevis pour tenter d’ouvrir la boite à gants complètement bloquée par la rouille.

-

Traction11FF_074

-

Après 5 bonnes minutes à forcer pour l’ouvrir, ce qu’il détestait faire en tant que mécanicien, la porte céda dans un crissement strident et Alfred, qui pesait de tout son poids sur le tournevis, se cogna la tête contre le tableau de bord. Il se redressa, étourdit par le choc. Le crissement continua quelques secondes en s’atténuant. Alfred eu l’impression étrange qu’il ne provenait pas de la boite à gants mais de l’ensemble de la carcasse de la vieille voiture… Il se tapota l’oreille en se disant que c’était sûrement un sifflement résiduel causé par le choc.

En s’ouvrant, la boite à gant avait vomi sur le plancher rouillé de la traction deux pochettes en cuir, moisies, derniers secrets de la vieille voiture. Alfred ouvrit la première pochette, elle contenait huit photos sur lesquelles figurait notament une 11 familiale d'avant guerre.

-

Photos_vacances_01paf

Photos_vacances_02paf
Photos_vacances_03paf
Photos_vacances_04paf
Photos_vacances_05paf
Photos_vacances_06paf
Photos_vacances_07paf
Photos_vacances_08paf

-

En contactant Mathilde, la fille cadette du Docteur Bernard, l’ancien propriétaire de la traction, il apprit que ces photos dataient d’avant la guerre, seuls souvenir de Nicole, l’aînée de la famille. Toutes les autres photos avaient été détruites dans l’incendie qui suivi le bombardement de la maison familiale, une nuit tragique de 1943 dans laquelle périt Nicole... Ces huit photos, restées dans la première traction du docteur, témoignage de quelques instants de bonheur insouciant, avaient été épargnées par le feu.

En ouvrant la deuxième pochette, Alfred trouva six autres photos, dans le même état que les huit premières. Souvenirs de l’engagement du Docteur Bernard dans la résistance française, de 1944 à la libération.

-

photo_Rosalie
photo_TA11_gaz
photo_TA_coupegaz
photo_TA1_FFI
photo_TA2_FFI
photo_TA3_FFI

-

Mathilde lui raconta que son père ne s’en était jamais séparé, ni dans ses tournées de médecin de campagne, ni dans les soirées de la fin de sa vie, noyées dans l’alcool au bistrot du village.

Il les emportait avec lui comme une blessure toujours ouverte et ne les rangeait jamais ailleurs que dans la boîte à gant de ses traction successives. A sa mort, elles y restèrent…

Alfred fit parvenir ces photos à Mathilde.


Posté par jotracbar à 23:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 mai 2006

6ème partie : Début de la restauration

Chloé avait choisi de mettre son destin entre les mains des hommes mais elle ignorait tout des décisions qui se prenaient autour d’elle. A vrai dire, c’était tant mieux, elle préférait ne pas y penser.

Elle avait eu, toutes les nuits depuis son arrivée à l’atelier de l’association Phoenix, l’occasion de prendre ses vieilles roues à ses ailes et retourner errer dans la campagne jusqu’à ce que la rouille la condamne. Mais Chloé savait respecter sa décision et malgré sa peur, elle ne s’enfuit pas.

Finalement très bien lui en pris. Tous les membres de l’association décidèrent de la sauver pour la très simple raison qu’on envoie pas à la casse une traction qui peut-être restaurée, qui plus est une familiale, modèle moins répandu que les berlines et les légères. Comme aucun des membres de l’association ne souhaitait ou n’avait le budget pour prendre en charge la restauration, ils décidèrent de faire pot commun pour le financement. Ils loueraient ensuite la traction pour des mariages et des tournages afin de rentrer un peu dans leurs frais. Comme elle l’avait proposé, Mathilde (la propriétaire de la traction, qui vivait au Chili) leur en fit don et ils lui promirent d’envoyer des photos de la belle remise en état.

La restauration commença rapidement, les week-ends, les membres de l’association se relayaient. La coque fut sablée très légèrement pour enlever la rouille et les restes de peinture. Les parties où la rouille avait perforée la tôle furent découpées et des nouveaux morceaux de tôle furent soudés à la place. Une restauration effectuée par des experts et dans les règles de l’art !

-

Traction11FF_080
Traction11FF_082
Traction11FF_084

-

Travail terminé, les roues et la calandre, traitées à part furent remontées et Chloé fut sortie de l’atelier pour une petite séance photo. Alfred Carbu était très satisfait du travail accompli.

-

Traction11FF_086
Traction11FF_088
Traction11FF_090
Traction11FF_092

-

Ils rentrèrent la traction pour la nuit, elle partirait prochainement chez le carrossier pour être peinte.

-

Traction11FF_094
-

Traction11FF_096
-

La nuit tomba. Chloé, qui n’avait plus quitté l’atelier depuis deux mois maintenant, s’ennuyait ferme de ses longues errances nocturnes. Cette nuit là, elle rêva de ses anciennes promenades au clair de lune dans les marécages... Qui n'avaient pas arrangé son problème de rouille ! Mais Chloé n'avait jamais été très raisonnable...

-

Traction11FF_098

-
Traction11FF_100
-

Le jour se leva, la vieille traction serait bientôt remise à neuf... Mais qu’adviendrait-il alors de sa liberté ?

-

Traction11FF_106

-

… A suivre

Posté par jotracbar à 21:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2006

7ème partie : Une belle robe noire

Le jour venait de se lever. Le soleil brillait. Une belle journée s’annonçait et la carrosserie de la vieille 11 était prête maintenant à partir à l’atelier peinture.

-

Traction11FF_108
-

Chloé fut attelée à la puissante DS 23 du président de l’association Phoenix pour rejoindre le garage du carrossier situé à 3 Km de là.

-

Traction11FF_110
Traction11FF_112

-

Quelques temps plus tard, Chloé ressortait du garage revêtue d’une magnifique robe noire qui scintillait sous le soleil du soir.

-

Traction11FF_114

-

La brave DS, conduite par le président, ramena Chloé à l’atelier de l’association. On lui remonta ses ailes, repeintes quelques jours plus tôt ; ses pares chocs, venant d’être re-chromés, et ses phares dont le montage n’était pas encore complet. Alfred Carbu fit quelques photos de l’état d’avancement de la restauration. Photos qu’il envoya immédiatement par e-mail à Mathilde Rodriguez, l’ancienne propriétaire.

Chloé n’en revenait pas d’être l’objet de toutes ces attentions et de se voir ainsi parée d’une si belle carrosserie, elle eu l’impression de se revoir, à sa sortie des usines du quai de Javel, en 1953… plus d’un demi siècle plus tôt… Dotée d’un moteur dont la mécanique avait été refaite à neuf, de pneus neufs montés sur des jantes fraîchement repeintes d’une belle peinture époxy couleur ivoire, elle se sentait capable d’aller au bout du monde !

-

Traction11FF_116
Traction11FF_118

-

D’ici là, elle allait retourner dans l’atelier pour les finitions. Il y avait encore tout l’intérieur et les vitres à remonter.

-

Traction11FF_120

-

Chloé n’était plus habituée à ce que l’on décide pour elle !

Sa liberté de partir sur les routes en pleine nuit commençait à lui manquer cruellement. "Pourvu qu’ils ne m’enferment pas dans un garage pour me sortir seulement un dimanche par mois" s’inquiétait-elle…

Pourrait-elle retourner dans les marais ?

… A suivre

Posté par jotracbar à 22:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2006

8ème partie : Le rêve de Chloé

Chloé reste sagement à l’atelier… Mais, l’esprit torturé de la vieille traction continue chaque nuit à hanter les marécages à la recherche du repos éternel…

-

Traction11FF_122

-

Chloé rêve… Rêve qu’elle s’enfonce pour l’éternité dans les eaux douces et chaudes des marais…

-

Traction11FF_123

-

Traction11FF_124

-

Traction11FF_125

-

A suivre...

Posté par jotracbar à 20:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mai 2006

9ème partie : Un phénomène de foire

Cinq mois s’étaient écoulés depuis la nuit où Chloé été venue, avec beaucoup de cran, se garer devant l’atelier de l’association Phoenix. Cinq mois durant lesquels elle fut entièrement remise à neuve par les membres de l’association. Plus aucune trace de rouille, une peinture superbe, une mécanique refaite, un intérieur refait, Chloé, entre les mains de ces passionnés, était devenue méconnaissable.

-

Traction11FF_126

-

Traction11FF_128

-

Elle qui avait eu, au commencement, tellement honte de se ranger à côté de la belle DS du président de l’association était devenue très fière de la voir se refléter sur sa carrosserie.

-

Traction11FF_130

-

Les mois passèrent, Chloé découvrait sa nouvelle existence de voiture de collection. Les week-ends, elle allait de concentrations en rassemblements. Elle participait à des rallyes d’anciennes, souvent entourée de nombreuses Citroën.

-

Traction11FF_132
-

Traction11FF_134

-

Traction11FF_136

-

Cette nouvelle vie l’amusa au début, on l’admirait, la photographiait, les gens demandaient poliment s’ils pouvaient monter à son bord…. Elle qui se croyait être un déchet quelques temps plus tôt sentait son ego atteindre des sommets !

-

Traction11FF_138

Traction11FF_140

-

Traction11FF_142

-

… Puis elle commença naturellement à s’ennuyer, c’était toujours pareil…

-

Traction11FF_144
-

Traction11FF_146
Traction11FF_148

-

… Et de plus en plus ennuyeux…

-

Traction11FF_150

-

Beaucoup de voitures de collection sont très heureuses d’avoir été sauvées de la destruction et de connaître une retraite paisible, choyées par des collectionneurs passionnés. Chloé ne l’était pas… Mais à la différence de ces voitures, elle avait connue ce que peu de voitures connaissent : Une liberté totale pendant plus de trente ans.

Quand elle ne courait pas les concentrations, Chloé s’ennuyait à mourir dans le hangar de l’association. Elle n’osait plus courir la campagne comme avant. Si elle revenait mystérieusement sale au matin, personne n’y comprendrait rien, et que se passerait-il ? On imaginerait qu’un plaisantin l’a emprunté en cachette et elle serait enfermée pour de bon derrière une porte. Au moins, dans l’atelier, elle voyait la lumière du jour…

Les mois passèrent et passèrent encore et Chloé continua à courir invariablement les manifestations… Mais un matin, elle entendit parler d’un tour du monde en traction auquel l’association participerai peut-être. Cette nouvelle lui fit espérer très fort d’être la traction que l’association engagerait… Elle se mit à rêver plusieurs nuit, dans le hangar, des paysages d’Afrique qu’elle avait vu dans les livres de géographie de Mathilde, la fille de son ancien propriétaire, lorsqu’elle révisait ses leçons sur le chemin de l’école.

-

Traction11FF_152

-

Cette nouvelle lui redonna un peu d’espoir et une raison de continuer cette existence trop contrôlée par les hommes… Mais finalement, c’est une autre voiture qui fut choisie. Pas elle !

C’en fut trop !

-

Traction11FF_154

Traction11FF_156

-

Dans le silence de la nuit, sa mécanique, réglée à présent comme une horloge...

-

Traction11FF_158

-

démarra dans un souffle fantomatique…

-

Traction11FF_160

-

… A suivre

Posté par jotracbar à 21:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 mai 2006

10ème partie : La fuite

Chloé avait pris sa décision, et comme toujours, elle s’y tenait !

Elle quittait une seconde fois le monde des hommes...

-

Traction11FF_162

-

Elle sorti lentement de l’atelier de l’association Phoenix et s’enfonça dans la nuit...

-

Traction11FF_164
Traction11FF_166
Traction11FF_168
Traction11FF_170

-

Quel plaisir de s’élancer sur les routes de campagne, de se sentir libre à nouveau et de rouler, rouler…

-

Traction11FF_172

-

L’émotion de la fuite lui fit même oublier qu’elle disposait maintenant de deux phares, c’était quand même bien mieux  !

-

Traction11FF_174
Traction11FF_176

-

Chloé retrouva avec bonheur le petit chemin qui menait aux marécages et s’y engagea. C’est là qu’elle devait aller. Maintenant qu’elle était protégée contre la rouille pour longtemps, elle pouvait continuer sa quête, elle devait la continuer et la trouver, celle qui pouvait la libérer de son enchantement…

-

Traction11FF_178

-

Elle senti les brumes l’envelopper peu à peu à mesure qu’elle s’approchait des marais, tous feux éteints.

-

Traction11FF_180

-

Traction11FF_182

-

La brume devenait plus épaisse… Chloé quitta le chemin pour s’enfoncer dans les marécages....

-

Traction11FF_186

-

"Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle

Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

(…) Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement."

Elle aimait se remémorer ces vers de Baudelaire, qu’elle avait plusieurs fois entendu réciter par Mathilde, l’année où elle passait son bac de Français. Ne faisait-elle pas partie de ces esprits, errants et sans patrie ?

Quel plaisir pour elle de voir à nouveau son image se refléter dans les eaux boueuses…

-

Traction11FF_188

-

Traction11FF_190

-

Qui Chloé cherche elle désespérément dans les brumes des marécages ?

Et au fond, qui est-elle vraiment ?

Ceci sera peut-être conté dans une autre histoire…

-

Traction11FF_192

-

-

Fin du premier épisode

La suite des aventures de Chloé en page 2


Posté par jotracbar à 02:10 - Commentaires [7] - Permalien [#]